MARIN 2018-04-07T22:33:48+00:00

L’HISTOIRE DE MARIN

Marin c’est l’ami, le grand frère, le copain, sympa, toujours prêt à donner un coup de main….
Comme il est ambitieux, il est devenu un excellent élève de chinois, a eu son bac avec mention très bien et il est étudiant en double licence de droit et sciences politiques.

Le 11 novembre 2016, sa vie bascule.

Il est opéré dans la nuit, le neurochirurgien lui ôte le quart de la boîte crânienne pour laisser de la place à l’énorme hématome qui s’est formé. Sortant du bloc, il annoncera aux parents que le sort de Marin n’est plus entre ses mains.

Mais l’espoir revient. Un espoir fou. Un désir tellement intense que Marin s’en sorte, qui n’obéit à aucune logique, en tout cas aucune logique médicale. Nous prions intensément. Nous avons besoin d’aide. Devant la détresse des parents débordés d’appels et de messages, nous décidons de créer la page Facebook «Je soutiens Marin», pour partager les nouvelles avec les amis et la famille, pour soulager ses parents.

D’abord les amis, puis les amis des amis. Viennent les parents des amis, puis leurs grands-parents. Tous nous disent la même chose : votre enfant, cela pourrait être le nôtre. Il aurait fait la même chose.

Coma profond… On attend. On lui parle, sa maman le masse à longueur de journée, son papa lui parle, lui explique la situation, on lui fait sentir des odeurs, on lui fait la lecture. Marin est sous haute dose de morphine.

Après 2 semaines exténuantes, des mouvements réflexes nous laissent espérer un réveil. Les médecins décident de lui faire subir une batterie de tests. Le résultat est sans appel : les deux hémisphères sont touchés et des zones du cerveau sont nécrosées.

Toute sa famille l’encourage et lui explique chaque jour pourquoi il est en soins intensifs (foutue mémoire). On lui répète qu’on l’aime, qu’il va y arriver et que des milliers de personnes le soutiennent.

Et les résultats sont là : il est officiellement en phase de réveil.

Marin, en véritable champion, se bat avec obstination. Le courage est là, l’humour toujours présent.
Au bout de cinq semaines Marin quitte le service de réanimation. Merci à tout le personnel soignant, si dévoué, si souriant.

Une étape est franchie.

Marin va dans un centre de rééducation…
puis un autre à l’étranger.

Marin a bouleversé notre quotidien, nos habitudes, nos certitudes et nos vies. Il nous a unis, famille, amis et soutiens, autour d’un espoir fou : celui de s’en sortir et défier les pronostics.

Il nous étonne chaque jour