NOS ACTIONS 2018-03-23T10:22:48+00:00

NOS ACTIONS

Outre la nécessité d’améliorer le quotidien de Marin et de financer les soins de suite et de rééducation nécessaires après l’agression dont il a été victime le 11 novembre 2016, l’association « La tête haute je soutiens Marin » a récemment décidé d’étendre son objet à d’autres actions.

PRÉVENIR

Dans les semaines qui ont suivi, de nombreuses personnes ont témoigné avoir également été agressées dans des lieux publiques et fréquentés. De ce constat, nous avons décidé d’œuvrer afin que chacun se sente acteur de ce qui se passe à quelques mètres de lui. Que les personnes courageuses soient soutenues et, de manière générale, que chacun réagisse.

Ce sont les jeunes qui créent le monde de demain, c’est donc par eux que les choses doivent évoluer. Notre association a donc décidé d’encourager la citoyenneté dans les transports en commun et intervient, en lien avec Keolis, en milieux scolaires et sportifs afin de responsabiliser les jeunes citoyens et les aider à apporter la réponse adaptée aux situations auxquelles ils peuvent être confrontés.

ACCOMPAGNER

L’association « La tête haute je soutiens Marin » souhaite également pouvoir venir en aide aux personnes victimes d’un traumatisme craniocérébral (TCC) ainsi qu’à leurs proches.

Forts de notre expérience et des épreuves que nous avons dû surmonter après l’agression de Marin, nous souhaitons apporter notre soutien aux familles qui se trouvent dans une situation semblable.

L’accompagnement par ses proches d’un malade qui se trouve dans le coma s’est avéré bénéfique pour le patient lui-même mais également pour ses proches qui se sentent utiles et non plus impuissants devant un corps qui, à première vue, peut sembler sans réponse.

Aussi, nous sommes à la recherche de neuropsychiatres, psychiatres, neuropharmacologues et psychothérapeutes pour nous aider à concevoir et réaliser ce dispositif d’accompagnement afin d’optimiser les chances de récupération des victimes de TCC.

SOUTENIR

Enfin, la recherche médicale sur le cerveau est évidemment l’une de nos préoccupations majeures. L’association réfléchit à la meilleure façon de pouvoir contribuer aux recherches en cours.